chantiers

Les corps du pont Alexandre III

Jan Meyer | 26 septembre 2018 |

©Pyc
C’est un chantier atypique qui a eu lieu sur le pont Alexandre III à Paris. Les sculptures en cuivre ont été réparées sur place par des métalliers.

Les corps des « Nymphes de la Neva » n’avaient pas été dorlotés ni soignés depuis au moins vingt ans. Ces sculptures monumentales qui ornent le pont Alexandre III ont été entièrement restaurées courant septembre. Elles ont subi les assauts du temps mais aussi du vandalisme. Les bras, les épaules et les dos des nymphes ont eu des chocs, des rayures et des tentatives d’arrachement. Cette mission confiée aux Ateliers Tollis a été en partie sous-traitée à Métafer, métallier à Plaintel (22). Les parties embouties sont découpées et réparées avec une pièce neuve, un peu plus épaisse que le cuivre de la sculpture. 20/10e au lieu de 15/10e. Le métal a été brasé après avoir été martelé et mis en forme. Le temps de ce chantier, les métalliers bretons se sont transformés en carrossiers, lesquels sont finalement les dignes héritiers des dinandiers.



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

2 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • LES « BONS PLANS » DE DEMAIN

    À quand le boom du BIM ?

    Tout le monde en a entendu parler mais combien de professionnels ont véritablement réalisé un projet en BIM ? La position des métalliers est particulière sur le sujet. Ils ne sont ni aux avant-postes ni à la traîne. Sur le plan technique, ils ...

    27 août 2018

  • Métal et végétal, matières fusionnelles

    Il s’agit d’une des plus anciennes alliances de matériaux. Comme le manche d’une pioche ou d’une épée, le fer a toujours épousé le bois. Métal et végétal sont décidément faits pour s’entendre. Dans l’aménagement des espaces verts, publics comme ...

    25 avril 2018

  • Pour une année en réussite

    Il y a tant de bonnes choses à souhaiter à la métallerie, que l'on ne sait pas où commencer. Souhaitons nous que l'image du métier s'améliore encore, que plus de jeunes se forment et que les dirigeants retrouvent le sourire.

    2 janvier 2018

Dossiers de la rédaction